Responsabilité du notaire : le demandeur ne peut obtenir la réparation du dommage qu'il a volontairement provoqué

Immobilier / Construction
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le vendeur qui décide de ne plus conclure une vente de parcelles ne peut demander la réparation de ce dommage au notaire l'ayant conseillé. 

Un vendeur et un acquéreur concluent une vente de terrains en vue de créer une zone d'aménagement concerté (ZAC). L'acte de vente est conclu en présence d'un notaire pour une des parcelles, et les autres font l'objet d'une promesse unilatérale de vente, sans indemnité d'immobilisation et sous la condition suspensive de l'obtention d'un arrêté de lotir ou de ZAC avec désignation de l'acquéreur en qualité d'aménageur, expirant le 31 décembre 2007. Le 19 juillet 2007, l'acquéreur informe le vendeur qu'il a obtenu la désignation recherchée par décisions administratives, qui faisaient l'objet de recours. Il demande alors au vendeur de reporter l'échéance des (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.