UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

La version modernisée de Légifrance disponible en bêta

Institutions
Outils
TAILLE DU TEXTE

A l'occasion de la visite de Cédric O, secrétaire d'État au numérique, à la DILA (Direction de l'information légale et administrative), la nouvelle version de Légifrance, accessible en bêta sur https://beta.legifrance.gouv.fr, a été dévoilée.

Créé en 2002, ayant connu une importante refonte en 2008, le site Légifrance n’est plus adapté aux nouveaux usages numériques. Afin de répondre aux attentes des utilisateurs de Légifrance, la DILA propose une nouvelle version du service public de diffusion du droit avec une ergonomie plus moderne, accessible sur tous types d'appareils, une recherche améliorée. 

L'autre nouveauté importante est la mise à disposition publique d'une version bêta qui permet aux utilisateurs de co-construire le site. 
Ainsi, en fonction des remarques et demandes d'amélioration des utilisateurs, le site sera finalisé dans les prochains mois.

Présent ce lundi 7 octobre 2019 pour découvrir et lancer la version bêta du site, Cédric O, secrétaire d'État au numérique, a salué cette démarche : «  Le projet mené par Légifrance est un exemple de ce que nous devons faire : construire les services publics de demain avec les usagers pour être le plus juste et efficace possible »

Une série de nouveautés

Parmi les nouveautés, signalons que cette version intègre une toute nouvelle recherche multi fonds simplifiée en « plein texte ». Pour les citoyens, il n’est ainsi plus nécessaire de savoir dans quelle base de données juridiques chercher pour trouver rapidement un texte ou un acte réglementaire.

Le site abandonne son aspect de portail pour un accès simplifié aux contenus : le moteur de recherche assure directement la mise en relation des différents textes se rapportant à un même sujet.

La qualité de la recherche experte destinée plutôt aux professionnels du droit et aux administrations a par ailleurs été renforcée.

De nouvelles fonctionnalités, notamment le « Chrono Légi », permettent de suivre l’évolution dans le temps de la rédaction d’un article de loi, de décret ou de code avec un comparateur de versions qui met en évidence les modifications apportées.

Pensé nativement pour l’opendata, le nouveau site a une architecture technique fondée sur des API de consultation (interface de programmation applicative), qui vont faciliter l’accès et la réutilisation des données juridiques par d’autres sites ou applications tierces. Il est ainsi possible de créer une recherche vocale via ces API. 

Par ailleurs, de nouveaux contenus viennent enrichir le site. Le plus notable est la mise en ligne des versions numérisées de tous les Journaux officiels papier, les plus anciens datant de 1869.

« C'est l'honneur de l'État français de mettre à disposition de ses citoyens un droit compréhensible et évolutif dans le temps », a conclu le secrétaire d'Etat chargé du numérique louant le travail « remarquable» effectué pendant deux an et demi par les équipes de la DILA sur ce projet qui a coûté 3,3 millions d'euros.

Arnaud Dumourier (@adumourier)

Voir aussi : Cédric O : « Notre fonction est de mettre à disposition le droit »