UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Steering Legal s’implante en Côte d’Ivoire : interview de Nuno de Ayala Boaventura et Florian Guais, associés, Steering Legal

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le cabinet Steering Legal s’implante en Côte d’Ivoire, à Abidjan, via un partenariat conclu avec le Cabinet EKA. Nuno de Ayala Boaventura et Florian Guais, associés au sein du cabinet Steering Legal expliquent les raisons de ce partenariat ainsi que les axes de développement du cabinet à l'international.

Pourquoi avez-vous conclu ce partenariat ?

Nuno de Ayala Boaventura : Partout où nous nous implantons, nous souhaitons avoir une forte présence locale. Nous avons donc fait le choix de nous adjoindre l’expérience de professionnels dont les compétences sont reconnues localement et qui connaissent parfaitement le marché sur lequel ils interviennent. Bien évidemment, il faut aussi que d’un point de vue humain, nous partagions les mêmes valeurs personnelles et professionnelles, notamment en ce qui concerne le service apporté aux clients.

Après des années de collaboration sur divers dossiers et d’échanges avec Me Elie Koné et ses équipes sur la vision du développement du droit et de l’économie en Afrique, c’est donc tout naturellement que nous nous sommes orientés vers un modèle plus intégré avec EKA.

Ainsi, non seulement Steering Legal continue d’accompagner ses clients dans le cadre de leur implantation et le développement de leurs investissements en Côte d’Ivoire et dans toute la sous-région, mais le cabinet peut aussi désormais les assister et les conseiller sur les problématiques juridiques quotidiennes auxquelles ils peuvent être confrontés localement.

Souhaitez-vous vous implanter davantage en Afrique ?

Florian Guais : Bien sûr ! Depuis 2015 nous couvrons, grâce à notre bureau de Niamey, une bonne partie de l’Afrique Saharienne. Depuis 2018, nous avons étendu notre offre à l’Afrique subsaharienne avec notre implantation à Abidjan. Bien évidemment, notre souci premier est d’abord de consolider notre positionnement.

Nos bureaux de Dubaï représentent également une plateforme pour les investissements en Afrique, de la même manière que notre bureau de Marseille bénéficie de liens privilégiés avec des pays du Maghreb.

Nous sommes toujours à l’écoute de nos clients et attentifs aux zones à fort potentiel de développement de sorte que nous étudions actuellement de nouvelles possibilités d’implantation dans les années à venir, et en particulier en Afrique Centrale.

Quels sont les axes de développement à l'international ?

Nuno de Ayala Boaventura : Outre l’Afrique, Steering Legal a concentré son développement international sur deux régions principales. Tout d’abord, le Moyen-Orient avec nos bureaux dans les Emirats Arabes Unis. C’est une zone d’un incroyable dynamisme économique et d’une grande richesse culturelle puisque située au carrefour de l’Europe et de l’Asie. Le développement de notre bureau sur place est constant, ce qui traduit le fort intérêt de nos clients pour la région du Moyen-Orient. C’est à la fois une zone tournée vers l’Afrique mais également vers l’Asie.

Notre autre grand axe de développement a été l’Amérique du Sud avec l’ouverture de 3 bureaux au Brésil (Rio de Janeiro, São Paulo et Porto Alegre), dont le dynamisme est là aussi présent. Ainsi, au Brésil, les incertitudes politiques sont en passe d’être résolues et tous les indicateurs économiques sont au vert. Nous sommes très confiants quant à une reprise forte de l’économie brésilienne, laquelle est d’ailleurs anticipée, si l’on en croit la forte croissance de la Bourse de São Paulo.

En 2019, l’objectif de Steering Legal est, avant tout, de consolider ses implantations, même si nous réfléchissons activement à l’ouverture d’un bureau à Lisbonne, qui ferait écho à la demande de nos clients brésiliens, désireux de s’implanter en Europe en passant par un pays de même langue.

Le cabinet étudie d’autres pistes, notamment en Asie, où il acquis une solide expérience grâce à son Desk Asie basé à Paris et au réseau de correspondants locaux qu’il a développé.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)