« Cette profession nous a beaucoup donné et nous souhaitons lui rendre ! »

Interviews
TAILLE DU TEXTE

Dans le cadre de l’élection l’élection pour le renouvellement au tiers des membres du du Conseil de l’Ordre du Barreau de Paris des 30 novembre et 1er décembre 2021, Le Monde du Droit a interrogé Laure Tric et Emmanuel Escard de Romanovsky, candidats sous la bannière de l’ACE.

Pourquoi vous présentez-vous ?

Nous étions fatigués d’entendre que l’ordre ne sert à rien, alors que l’époque et ses défis nous incitent à l’action. Nous pensons que nous ne sommes avocats qu’ensemble. En effet, notre profession a une dimension collective forte qui s’incarne dans une maison commune, l’Ordre.

Tous les deux nous croyons à l’engagement et nous nous sommes investis depuis de nombreuses années dans des actions collectives. Alors que Laure est Secrétaire générale de l'associations Avocats Femmes et Violences, Emmanuel est Président de l’Association des Combattants du Palais.

Enfin et surtout nous souhaitons agir pour les avocats et la profession, en étant à l’écoute de nos confrères pris dans la richesse de leur diversité.

D’où vous est venue l’idée d’un tel binôme ?

Nous nous présentons sous la bannière de l’ACE, en tant que membres actifs. C'est d'ailleurs grâce à elle que nous nous sommes rencontrés, il y a quelques années. Lors d'un échange, nous nous sommes rendus compte que nous avions la même envie d’action et d’engagement au profit de la profession.

Nos pratiques professionnelles réciproques nous permettent d’être complémentaires, Laure est pénaliste, impliquée dans les MARD et le droit de la famille, Emmanuel pratique le droit de l’entreprise auprès de PME et plus particulièrement les procédures collectives.

Quelles sont les idées que vous aimeriez défendre dans le cadre de votre élection ?

Nous serons au service de la profession et de notre bâtonnier et à l’écoute, comme relais actif de nos confrères. Nous sommes fermement attachés à la défense du secret professionnel du conseil au contentieux, c’est un tout qui participe à l’Etat de droit.

Nous resterons attentifs et vigilants à la remise en cause de notre régime de retraite et plus généralement aux éléments de notre indépendance.

Nous voulons enfin voir restaurer, améliorer nos rapports avec les magistrats pour bâtir une justice moderne et efficace et surtout apaisée.

Nos compétences viendraient également au soutien de nos confrères. Laure souhaiterait pouvoir œuvrer au sein de la COMHADIS pour pouvoir défendre, notamment les confrères victimes de discrimination et de harcèlement, tout comme elle le fait au sein de l’association Avocats Femmes et Violences. Emmanuel, lui, voudrait agir dans le cadre de la prévention des difficultés économiques et des traitements de nos confrères au sein de la Commission Economique et sociale, sans oublier de développer les liens du barreau avec la Défense en particulier et les institutions, qu’il a su créer dans le cadre de ses responsabilités associatives.

Quelle pourrait être votre vision de l’avocat de demain ?

Nous sommes porteurs d’une vision moderne et entrepreneuriale de la profession, nous avons rejoint l’ACE il y a déjà quelques années, car nous en sommes convaincus. L'avocat de demain doit, en ce sens, maîtriser, s'adapter et évoluer parmi l’ensemble des outils technologiques, ce qui inclus l'intelligence artificielle, l'open data, les blockchains, la robotisation, etc. L'avocat sera connecté sur le monde, pour répondre aux défis économiques globaux et indispensables.

Nous insistons également sur la conservation et le développement de son humanité car l'avocat de demain, s'il ne veut pas perdre son âme, devra appréhender les défis à venir à l'aune de sa spécificité, c’est-à-dire de la propre déontologie de son corps de métier.

Cette vision a pour but de donner aux avocats, à tous les avocats quelques soient leur mode d’exercice ou leur domaine d’activité, les outils pour réussir et maitriser leur destin sans le subir. L'Ordre pourrait ainsi les aider en ce sens, c'est en tous cas ce que nous souhaitons.

Propos recueillis par Léa Verdure

L'annuaire du Monde du Droit

Ténors du Droit : Juliette Mel et Nicole Belloubet s'expriment à propos de l'ouvrage Femmes de loi

Aguera Avocats, Lauréat du Palmarès du Droit Lyon 2021 :