UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Kleros développe une solution de résolution des litiges basée sur la blockchain

Legaltech
Outils
TAILLE DU TEXTE

S’appuyant sur la blockchain, Kleros a pour ambition de fournir un protocole de résolutions des litiges rapide, sécurisé et économique.

Kleros, dont le nom veut dire "chance" en grec et qui renvoie au Kléroterion, une machine à tirage au sort en pierre utilisée dans les processus démocratiques de la Grèce antique, a introduit une nouvelle organisation autonome décentralisée basée sur la Blockchain Ethereum, qui a pour but de permettre de résoudre les litiges de manière rapide, sécurisée et à moindre coût.

Pour ce faire, Kleros rassemble des utilisateurs cherchant une solution pour résoudre leurs litiges en utilisant la blockchain avec des juges spécialisés par domaines de compétences.

Comment cela fonctionne ? Les utilisateurs créent un smart contract et choisissent Kleros comme protocole de juridiction. Puis, le système tire au sort des juges en fonction d’un nombre de tokens (jetons). Chacun des juges rend sa décision de manière indépendante.

Enfin, la décision est automatiquement exécutée par le smart contract.

"Nous avons besoin de la blockchain pour que le système soit transparent. La justice est une technologie du 18 ème siècle. Or, l’économie est mondialisée. Il faut donc une justice adaptée à notre époque. C’est ce que nous proposons avec Kleros", explique Federico Ast, CEO de Kleros.

Pour le fondateur de Kleros, sa solution peut s’appliquer dans de nombreux domaines comme l’e-commerce, les finances ou l’assurance.

L’objectif est de donner accès à la justice à ceux qui ne l’ont pas . "Si on valide que la technologie fonctionne, Kleros peut devenir un acteur important", conclut Federico Ast.

Arnaud Dumourier (@adumourier)