UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

LegalTech : Call A Lawyer lève 500.000 euros

Legaltech
Outils
TAILLE DU TEXTE

Call A Lawyer, application mobile de mise en relation instantanée avec des avocats, annonce la clôture d’une première levée de fonds de 500 000 euros qui est notamment dédiée à la commercialisation d'une offre professionnelle à destination des entrepreneurs, TPE - PME, startup, artisans et professions libérales.

Call A Lawyer signe une levée de fonds de 500.000 euros. C'est la première LegalTech fondée et pilotée par un avocat en exercice à réaliser une telle levée de fonds.
Créée en 2016 par Mathieu Davy, François Pekly, et Cyril Ferraudet, l’application propose à des particuliers, et désormais des professionnels, d’être mis en relation avec un réseau de plus de 500 avocats dans toute la France, et dans tous les domaines du droit, pour une première consultation téléphonique de 20 minutes.
Call A Lawyer a remporté le prix de l’innovation 2018 de l’Incubateur du Barreau de Paris.

Une offre à destination des entreprises

L’intégralité des fonds levés seront dédiés à l’acquisition de nouveaux clients par le biais d’investissements en marketing et développement commercial. Call A Lawyer a choisi de concentrer son développement sur une cible professionnelle, telle que les TPE, marché représentant environ 4.000 000 d’entreprises en France. Pour plus de 90% d’entre elles, elles ne disposent généralement pas de service juridique ou d’accompagnement et font pourtant face à des difficultés quotidiennes. Les entreprises ont le choix entre deux types d’abonnements en fonction de leurs besoins spécifiques.

L'objectif est de leur permettre d’avoir accès en quelques clics, via un outil innovant, à des réponses juridiques adaptés à leurs besoins immédiats dans tous les secteurs du droit, par des avocats pertinents et sélectionnés.
« Comme la plupart des professions et secteurs ces dernières années, le secteur du droit et le métier d’avocat plus particulièrement, sont en pleine transformation. Nous avons réalisé à quel point il pouvait être difficile pour les particuliers comme pour les professionnels d’être conseillé et de trouver le bon avocat. Cette levée de fonds va nous permettre d’adresser le secteur des TPE et PME en facilitant la mise en relation entre ces entreprises et les avocats afin qu’elles puissent être conseillées et accompagnées au plus près de leurs besoins », explique Mathieu Davy, Avocat et fondateur de Call A Lawyer.

Les investisseurs qui ont soutenu Call a Lawyer sont des Business Angels comme Benjamin Attal (Hana Group), Antoine Laurent (Pharmedicom), Nicolas Clair (Very Chic), Frédéric Sitterlé (Challenges), Maxime Kuzac (Wine Bankers), Adrien Chaltiel (Eldorado), Xavier Albert (DG Universal France), Anne-Sophie Fihoulaud (Narrea), Grégoire de Dreuille (Organik), James Hagger (Troublemakers.tv), Mathieu Siraga (Agil’it), Jacques-Antoine Preziosi (Juripredis), Gaetan di Martino (Jurislive), Antoine Vasseur (Le Bookie), Benjamin Mauviot (Baker Tilly Strego), Vincent Simon (assureur) et Virginie Lambert.
La levée est complétée notamment par des subventions et prêts BPI.

Des projets de développement à l’international

En 2019, la LegalTech ambitionne de développer ses services à l’étranger, notamment dans des pays francophones tel que la Côte d’Ivoire, marché mature qui offre de réelles opportunités. Des négociations de partenariats sont également en cours en Belgique, en Suisse, en Espagne et au Portugal.
« Le déploiement de Call A Lawyer à l’international est notre challenge pour 2019 ! Nous avons confiance dans notre business model et notre capacité à le dupliquer partout dans le monde, et les négociations en cours sont très prometteuses. Nous avons parfaitement identifié les besoins des particuliers et des entreprises pour ce type de services. Notre objectif est d’ouvrir deux pays par an », conclut Mathieu Davy

Arnaud Dumourier (@adumourier)