UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Widr se lance sur le marché français des legaltech

Legaltech
Outils
TAILLE DU TEXTE

La legaltech Widr débarque en France avec pour objectif de proposer l'avocat le plus approprié aux besoins des directions juridiques et des dirigeants d’entreprises.

Créée en début d'année, Widr a commencé par se déployer aux Etats-Unis (San Francisco, Washington DC, NYC et Austin).
La jeune legaltech a décidé désormais d'investir la France. 

Nombreuses sont les legaltech qui se trouvent sur le segment de la mise en relation des avocats avec des contacts qualifiés. Widr compte se différencier en fournissant un résultat unique : l’avocat le plus approprié à leurs besoins.
Outre ce service, Widr permet aux avocats de bénéficier des outils numériques visant à les aider dans leur quotidien (page web personnalisée, agenda, secrétariat…), le tout gratuitement.

« Le marché mondial des Legaltech est en pleine croissance et fait émerger chaque jour de nouveaux acteurs, qui poursuivent parfois l’ambition de remplacer les avocats par des robots ou de les réunir sur de simples plateformes, comme on le fait pour des hôtels ou des restaurants. Nous avons donc souhaité développer une technologie utile et bienveillante, au service de toute une profession qui doit se transformer pour survivre et gérer un quotidien parfois difficile, notamment en France où 96 % des avocats sont collaborateurs, donc non pas salariés mais indépendants ! » explique John Banner, Fondateur de Widr.

Comment cela fonctionne ? Widr se présente comme un moteur de recherche d’avocats basé sur une intelligence artificielle fournissant à celui qui l’utilise un résultat unique ainsi qu’une boîte à outils technologiques gratuits pour répondre aux enjeux de visibilité et de productivité de la profession.
L’utilisateur répond anonymement en quelques secondes à une série de questions qui s’adaptent au fur et à mesure des réponses apportées.
Il accède ensuite gratuitement à l’agenda et à la page personnalisée du professionnel répondant le mieux à sa requête et choisit en quelques clics un créneau pour organiser un entretien par téléphone ou en visioconférence.

Une page personnalisée pour les avocats

L’avocat bénéficie de cette page gratuitement. Facile à créer, elle est agrémentée d’outils précieux : un agenda et un secrétariat en ligne joignable 7 jours/7, un référencement Google Maps, un logiciel de gestion client, un e-mail personnalisé, etc. L’usage ne devient payant que lorsque l’avocat souhaite que sa page soit développée en marque blanche, sous un site « prénomnom.com » 

La start-up vérifie et valide chaque page créée (avec la carte professionnelle de l’avocat) afin d'assurer à ses utilisateurs des profils adaptés et en mesure de répondre rapidement à leurs problématiques.

L'objectif est de permettre une meilleure visibilité des avocats sur le web et une meilleure productivité.
« Nous constatons qu’un avocat inscrit sur notre plateforme obtient en moyenne 30 rendez-vous par mois et réduit de 20% son flux de mail à traiter ! » explique John Banner.

Plus de 5.000 avocats référencés d’ici fin 2019

La start-up française a conclut actuellement des partenariats avec les 12 incubateurs des barreaux de France (Aix-en-Provence, Bordeaux, Grasse, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nîmes, Paris, Rennes, Strasbourg et Toulouse) afin d’être référencé auprès de l’ensemble des avocats du territoire. La jeune pousse ambitionne également un accord avec le ministère de la Justice d’ici la fin de l’année.

D’ici la fin de l’année, la Widr, qui cible les directions juridiques et les dirigeants d’entreprises, vise plus de 5.000 avocats référencés. 
Par ailleurs, elle prévoit de lancer début 2020 de nouvelles innovations :
- l’intégration à son moteur de recherche d’une analyse sémantique permettant à l’utilisateur d’expliquer en une phrase sa demande (sans passer par le jeu des questions/réponses) ;
- le lancement d’un réseau social privé d’avocats, basé sur la recommandation entre confrères et consœurs, une pratique très courante au sein de la profession.

Arnaud Dumourier (@adumourier)