Pouvoirs de police du maire : pas d'édiction de mesures à caractère général ou absolu

Droit public général
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Conseil d’Etat considère les mesures prises par un maire, au nom de la tranquillité publique, comme disproportionnées au vu du caractère général et absolu des interdictions édictées.

Par un arrêté de 2015, un maire a interdit les regroupements de plus de trois personnes, ainsi que l’émission de bruits de conversation et de musique qui seraient audibles par les autres usagers. Une association de défense des droits de l’Homme assigne la commune en justice. Après que la cour d’appel de Lyon a rejeté la demande de cette dernière, l'association forme un pourvoi devant le Conseil d’Etat pour demander l’annulation de l’arrêt alors que les juges n’ont pas statué sur l’annulation de l’article 1e de l’acte règlementaire litigieux. Par une décision du 16 juillet 2021 (requête n° (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Débats du Cercle 2021 : interview de Laure Lavorel, présidente du Cercle Montesquieu

Débats du Cercle 2021 : interview de Beatrice Bihr, Secrétaire Général, Groupe Servier

Débats du Cercle 2021 : interview de Donatien de Longeaux, Directeur Juridique, UBS France