UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

12ème Baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi

Etudes et Documents
Outils
TAILLE DU TEXTE

Chaque année, le Défenseur des droits et l’Organisation internationale du travail (OIT) publient conjointement un baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi. Cette 12ème édition vise à mieux connaître les discriminations en raison de l’activité syndicale.

L’enquête est inédite par son ampleur et sa méthode puisqu’elle interroge deux groupes d’individus sur leur perception et leur expérience des discriminations dans l’emploi en raison de l’activité syndicale : d’un côté 1000 personnes représentatives de la population active et, de l’autre, 33 000 adhérents et adhérentes des huit principales organisations syndicales françaises.

Les résultats de cette enquête montrent que :

- La discrimination syndicale au travail est répandue : 46 % des personnes syndiquées interrogées affirment avoir déjà été discriminées ;

- L’engagement syndical est perçu comme un risque professionnel pour 42% de la population active et 67% des syndiqués interrogés. La peur des représailles de la part de la direction est le facteur qui dissuade le plus la population active de s’engager dans une activité syndicale (35%) ;

- Effectivement, l’enquête montre que les discriminations syndicales prennent souvent la forme de sanctions : absence d’évolution de carrière pour 47% personnes syndiquées interrogées, dégradation du climat de travail (44%), des conditions de travail (36%) et non-augmentation salariale (30%) ;

- Engager un recours s’accompagne de représailles : 44% des personnes discriminées interrogées ayant tenté de faire cesser la situation ont fait l’objet de mesures de rétorsion de la part de leur employeur, suite à leurs démarches. La difficulté de prouver la discrimination est la principale cause de non-recours.

Les résultats préoccupants de cette enquête corroborent les constats du CESE et de la DARES quant à la persistance de pratiques discriminatoires à l’encontre des salariés syndiqués.

Pour les combattre, le Défenseur des droits publie, ce jour, un memento sur les discriminations syndicales dans l’emploi privé qui se veut un outil pratique et pédagogique afin que les acteurs de l’entreprise (employeurs, salariés et syndicats) puissent repérer, prouver et corriger les discriminations syndicales dans le déroulement de la carrière professionnelle.