UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Le cabinet canadien Fasken Martineau ouvre un bureau à Paris

Vie des cabinets
Outils
TAILLE DU TEXTE

Installation à Paris du cabinet canadien Fasken Martineau, alors que se met en place un nouvel espace de mobilité pour les avocats québécois et français

Fasken Martineau, cabinet d’avocats d’affaires canadien, arrive à Paris aux termes d’une fusion avec Gravel, Leclerc & Associés, cabinet d’avocats d’affaires, également canadien, déjà implanté à Paris. « Dans un contexte économique délicat, cette fusion témoigne de la croissance de Fasken Martineau à l’échelle internationale, mais aussi de sa volonté de développement en Europe », a déclaré David Corbett, associé directeur de Fasken Martineau.

Avec deux bureaux à Paris et à Londres, Fasken Martineau, qui compte plus de 650 avocats répartis entre les bureaux de Vancouver, Calgary, Toronto, Ottawa, Montréal, Québec, et Johannesburg, est aujourd’hui le cabinet d’affaires canadien le plus implanté dans l’Union européenne.

Serge Gravel, associé fondateur de Gravel, Leclerc & Associés, devient le nouvel associé directeur régional en France de Fasken Martineau, à la tête d’une équipe venue enrichir les champs de compétences du cabinet dans les secteurs des opérations transfrontalières, des opérations de fusion-acquisition, de la réglementation de l’Union européenne, de l’arbitrage international et du règlement de contentieux en droit des affaires.

« Notre expansion à Paris est certes audacieuse, mais nous répondons à une demande du marché et de nos clients que nous souhaitons accompagner dans leurs projets d’implantation et de développement », a affirmé Raymond Chrétien, conseiller stratégique de Fasken Martineau et ancien ambassadeur du Canada en France, aux États-Unis, en Belgique, au Mexique et au Congo. « Paris est l’une des plus importantes villes du monde pour l’arbitrage et les opérations commerciales à l’échelle internationale et elle représente une passerelle commerciale vers les pays francophones d’Afrique. »

A cet effet, l’équipe de Paris est complétée par l’arrivée de nouveaux membres issus du cabinet Dewey & LeBoeuf et regroupés sous le leadership de Jean-Claude Petilon, qui permettront d’accentuer la présence du cabinet en Afrique.

Cette installation intervient alors que le Barreau du Québec et le Conseil national des Barreaux (CNB) ont conclu, le 30 mai dernier à Montréal, un arrangement de reconnaissance mutuelle (ARM). L’accord a été signé par le bâtonnier du Québec, Gérald R. Tremblay, le bâtonnier sortant, Michel Doyon, et le président de la Commission internationale du Conseil national des barreaux français, Me Paul-Albert Iweins. Le premier ministre du Québec, Jean Charest, et la ministre de la Justice du Québec, Kathleen Weil, ont assisté à la signature de cette entente qui vise à créer un espace de mobilité pour les avocats entre le Québec et la France.
En vertu de cet accord, les avocats devront simplement passer un examen de déontologie après leur inscription au barreau du Québec ou dans un barreau français. Les barreaux se sont engagés à faciliter les conditions de pratique des avocats du Québec et de la France d'ici le 31 décembre 2009.
Cette mesure s’inscrit dans le cadre de l’Entente France-Québec signée en octobre 2008 en matière de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles visant à permettre à des professionnels exerçant des métiers réglementés d’exercer leur profession aussi bien en France qu’au Québec. Après les avocats ou encore les ingénieurs, les architectes ou les comptables, une centaine d’accords similaires devraient être signés d’ici la fin de l’année 2010.